Quel Sporting après les Fêtes ?


Battus 2 à 1 chez les réservistes libournais juste avant la trêve (17 décembre), les hommes de l’entraîneur Elvin Kalaja terminaient sèchement une belle série de cinq rencontres sans revers. Un coup d’arrêt intempestif, espérons-le, qui ne doit pas obérer les progrès constatés dans le jeu et un état d’esprit retrouvé. Certes, le positionnement au général reste précaire (9e, 7 pts), à quelques encablures des méandres du classement, mais la bonne dynamique insufflée par le technicien albanais ne devrait pas tarder à faire redémarrer le moteur d’une mécanique qui semblait trouver la bonne carburation. C’est bien là que demeure la force des Agenais et son principal sujet d’optimisme : l’effectif n’a pas lâché malgré les ponctuelles vicissitudes agitant le club en coulisses. D’ailleurs, la bande à Calixte ne demande qu’à travailler avec assiduité et sueur pour s’extirper de l’ornière dans laquelle elle se trouve actuellement. Il est bon de rappeler que le déficit chronique affiché dans la colonne « victoire » (une seule à ce jour), plombe inexorablement les comptes des résidents de la rue de Lille, mais la soif de gagner reste intacte et la deuxième partie de saison ne pourra s’avérer positive que si les coéquipiers de Djebablah arrivent à inverser la tendance.

Du lourd à venir

Pour cette reprise, l’affiche n’offre pas un adversaire clément et une remise en route en douceur. La visite au stade de la Naude n’aura rien de la balade de santé puisque les garçons des présidents Michel Devaux et Frédéric Pouzon sont tournés pleinement vers l’accession. Toujours invaincus en championnat (avec la formation de Prigonrieux), les Girondins ont un bilan plus que positif au plan comptable avec trois victoires et quatre nuls enregistrés, une cadence intéressante qui leur permet de demeurer à la portée des équipes de tête (4e, 13 pts). La seule inconnue pour son coach Claude Hardy est la longue période d’inactivité de ses ouailles, la dernière rencontre officielle remonte au 25 novembre avec à la clé un piteux match nul (2-2) dans l’antre de Saint-André-de-Cubzac qui traîne son vague à l’âme en queue de peloton. Une donnée à prendre en compte avec cette absence prolongée de compétition qui générera sans nul doute un manque de rythme qui pourrait être profitable à Kacem et sa troupe, à condition de prendre la partie par le bon bout et de mettre la pression à cette possible belle endormie. 

F.A.

et aussi // Dimanche 14 janvier à 15h :

FCVL Villeneuve-sur-Lot – Bergerac La Catte

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés