Stationnement // Y aura-t-il de la place pour Noël ?


«On tourne, une fois, deux fois, et puis on va ailleurs. » Pour cette jeune mère de famille qui venue faire ses courses de Noël en centre-ville, il s’en est fallu de deux minutes pour qu’elle reparte chez elle à Boé et « commande sur Internet ». Le problème ? « Trente minutes pour trouver une place gratuite, c’est trop, surtout que je ne reste pas plus d’une heure en ville pour faire mes achats. »
Ces complaintes de clients découragés, Christophe Fossaert en entend « tous les jours ». « En fait, dès qu’ils ont passé le parking du Gravier en payant, les clients ne parlaient plus que de ça et du mal qu’ils avaient pour stationner. »
En effet, depuis quelques semaines, la mairie a revu sa politique en matière de stationnement. Des centaines de places du coeur de ville sont devenues payantes, à l’image des 180 du péristyle du Gravier. L’idée avancée par les édiles, le maire et son adjointe Voirie, Circulation et Stationnement en tête, est de « résorber les poches de gratuité en hyper-centre et favoriser la rotation des véhicules pour en finir avec les voitures ventouses et privilégier les parkings ».
« Mais ils sont saturés les parkings !, peste le chef des commerçants. Qu’ils suppriment les navettes gratuites Coeur d’Agglo ça les regarde, mais sans politique de stationnement incitative, les gens ne viennent plus acheter à Agen. »

Une heure offerte

Il n’a pas de chiffres précis en tête qui attesteraient de la baisse de fréquentation des commerces mais c’est un sentiment partagé par nombre de ses collègues. Cette vendeuse de prêt-à-porter est, elle, plus catégorique. « Le matin je pars 15 minutes plus tôt rien que pour trouver une place, je comprends parfaitement que les gens n’aient plus envie de venir. » Alors, comme avec d’autres responsables de boutiques, elle offre un ticket à ses clients qui donne droit à heure de stationnement dans les parkings. « On tente de s’organiser, on ne peut pas dire non plus que tout va mal », conclut Christophe Fossaert. Comme, par exemple, le jeu mis en place dans une cinquantaine d’adresses qui permet aux clients de se faire rembourser leurs achats… Mais pas leurs PV de stationnement.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés