SUA LG – Albi // Samedi 7 mars à 18h30 : Jeannot Crenca réclame le courant continu


«Cette défaite à Dax, elle a plombé l’ambiance». Quatre jours après le faux pas dacquois, Jeannot Crenca, l’entraîneur des avants agenais, en a encore gros sur la patate : « On a été à côté de la plaque presque tout le match, ce qui s’est passé est inadmissible. On s’attendait à ce que les Landais nous proposent un gros combat compte tenu de l’importance de cette rencontre pour eux (Dax, lanterne rouge devait absolument gagner sous peine de voir ses chances de maintien définitivement s’envoler, NDLR). Ce ne fut même pas le cas ! Ils ont joué pépère et nous, on les a suivis. » Attristé, Jeannot a au moins une certitude. Lui qui fut dans le passé électricien, il aimerait enfin que ses hommes soit sur courant continu : « Je connais les gars, je suis sûr qu’ils vont répondre présent face à Albi samedi soir. D’ailleurs, ils ont très bien bossé cette semaine. Le problème c’est que l’on continue à être sur courant alternatif et que même si on fait un bon match samedi face à Albi, on n’a aucune certitude sur le futur déplacement à Narbonne. On n’arrive pas à franchir un cap en terme de régularité. Quand je vois qu’on revient à deux points de Dax à dix minutes de la fin et qu’on ne parvient pas à les croquer alors qu’ils sont au pied du mur… C’est incompréhensible ! »

Jeannot attend une réaction

En mal de constance, le SUA LG reste donc sur les dents alors que le bloc en cours devait lui permettre de s’offrir une bouffée d’oxygène : « On est sans filet, c’est clair » reconnaît Jeannot Crenca dubitatif.
De quoi donner aux adversaires du Sporting des idées, comme par exemple à Albi qui vient ce week-end à Armandie avec l’idée de rejoindre au classement leurs hôtes d’un jour : « Si je suis à leur place, je me dis qu’ils ont un sérieux coup à jouer au niveau comptable. Là c’est sûr on va avoir droit à une grosse opposition ». Incapables de donner du volume à leur production, les Agenais savent pourtant qu’il va bien falloir à un moment ou à un autre, jouer à leur vrai niveau, celui d’une équipe armée pour tailler tranquillement sa route vers une demi-finale à la maison : « Le groupe vit bien, les mecs semblent sur la même longueur d’onde en-dehors du terrain. Ce serait bien qu’ils le soient désormais sur le carré vert ». Avec le retour du soleil et du printemps, « il faut arrêter de ronronner et être plus compétiteur ». Le message est passé…

Cyril Recondo

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés