SUA LG en coulisses // Blin cherche des solutions… et hausse le ton


Mathieu Blin, le manager général du club, l’a confirmé hier matin : le club va s’entourer à partir de janvier d’un intervenant extérieur afin de résoudre les problèmes récurrents en mêlée : « C’est une démarche que je trouve intéressante » a expliqué ce dernier. « C’est une décision collégiale. On ne veut pas rester plantés sur notre orgueil mais chercher des solutions qui sont dans l’intérêt général du club. Lorsque je suis arrivé à Agen, pendant dix mois on ne m’a parlé que de nos problèmes en mêlée. L’année dernière nous avons fait de gros progrès même si on a eu quelques grosses déconvenues comme à Dax ou Auch. Cette année, il y avait encore du mieux mais on a connu trois grosses désillusions dans ce secteur à Béziers, Biarritz et Dax. » Agen devrait donc embaucher Denis Avril dès le mois de janvier pour tenter d’apporter des solutions à un huit de devant en proie aux doutes.

L’intérêt du club d’abord

Reste que cette arrivée ne masquera pas à elle seule les carences d’un XV agenais engoncé dans une irrégularité stupéfiante depuis le début de saison : « La régularité, c’est notre quête ultime. C’est dans la tronche, on un gros problème mental… » Face à Albi, les avants suavistes avaient survolé les débats mais Agen s’était incliné en laissant échapper une dizaine de ballons en bout de ligne. Preuve que c’est bien tout le groupe qui passe, pour l’heure, au travers : « On a depuis cette semaine bousculé nos habitudes en changeant le programme » reprend le manager agenais qui a amené lundi matin ses troupes au centre Jacques Clouché pour la séance de préparation physique : « On a travaillé l’aptitude au combat avec notamment des ateliers de boxe ». Une manière peut-être de signifier à ses troupes qu’il était temps d’enfiler la tenue de combattant : « Avant d’aller à Perpignan on a dit aux gars que s’ils n’étaient pas prêts dans le défi physique on en prendrait quarante. Résultat on en a pris quarante. A Biarritz, à la mi-temps, on n’a parlé que de combat ! A la sortie on en prend trente en une mi-temps… » Face à la sourde oreille proposée par ses joueurs, et depuis quelques semaines, les entraînements se sont durcis. En même temps que le discours dans les vestiaires. Pour l’heure indulgent en public avec ses garçons, Mathieu Blin prévient cette fois à voix haute : « On n’a plus le droit de faillir dans l’engagement. Si c’était encore le cas, on fera avec d’autres joueurs car c’est l’intérêt du club d’abord… ».

Cyril Recondo

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés