SUA LG – RC Vannes // Vendredi 21 avril à 20h au stade Armandie – Ouvrez les vannes !


Trois journées, deux points, un goal average particulier défavorable, le Sporting sait que pour réussir à doubler le leader Oyonnax, il lui reste peu ou prou d’alternatives : il faudrait faire carton plein en terme de victoires d’ici la fin de saison régulière et, si possible, glaner à minima deux points de bonus offensif.
La feuille de route est donc claire, si le SUA LG ne veut pas passer par la case toujours aléatoire de la demi-finale et finale d’accession, il lui faut dès ce soir engranger cinq points avec la venue de Vannes pour continuer à rêver d’un faux pas des Oyomen.
Vannes, le promu, actuel treizième de cette Pro D2 (et à un point du maintien), semble être la victime idéale de l’appétit offensif attendu des hommes du trio Blin – Prosper – Reggiardo dans leur antre d’Armandie.

« On s’était dit rendez-vous dans dix ans… » 

Oui mais voilà, le SUA LG cette saison est « Le » spécialiste des rendez-vous manqués. Et à contrario, celui qui répond souvent présent là où évidemment on ne l’attend pas. Une sorte de vaccin pour parieur compulsif, un casse-tête chinois pour les observateurs « avisés » relégués bien souvent par cette équipe au rang de turfiste de pacotille.

Un bonus sinon rien

Il serait donc temps que cette étiquette d’empêcheur de tourner en rond qui colle au SUA LG cette saison s’envole et que les hommes de capitaine Erbani soient enfin exact au rendez-vous fixé. Non pas dans dix ans comme le suggère un autre parieur de renom, Patrick Bruel, mais bien dès ce soir sous peine de voir Oyonnax qui reçoit dans le même temps un Bourgoin en pleine déconfiture, prendre le large.
Et cette fois-ci de façon ferme et définitive. Car à n’en pas douter, les joueurs de l’Ain ne se feront pas prier pour, eux, décrocher ce fameux bonus offensif.
Reste donc à savoir si la seule volonté d’un SUA LG à redorer son blason offensif en berne ces derniers mois tant cette équipe a manqué de réalisme, sera la mère de toutes les vertus d’un club dont l’histoire a été construite sur l’idée de marquer un essai de plus que l’adversaire. Philippe Sella, son plus grand ambassadeur en la matière, pourrait (encore) à n’en pas douter sans le poids des années dans les gambettes, montrer l’exemple. Hélas, il ne reste plus pour ce faire que de vieilles cassettes VHS. Alors Messieurs, à vos magnétos…

Cyril Récondo

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés