SUA LG – Stade montois // Vendredi 13 janvier à 20h30 à Armandie – Toi, toi, Montois…


« … ne me regarde pas comme ça tout de travers », seraient tentés de chanter les Agenais. Mais il faut bien comprendre l’état d’esprit des Landais au moment de débarquer à Armandie. Depuis le 14 mars 2010, Mont-de-Marsan n’a plus battu le SUA LG (18-12 à l’époque). Soit une série de huit rencontres de rang. La dernière en date, peut-être la plus douloureuse pour le Stade après la finale d’accession, fut arrachée dans les derniers instants par des Lot-et-Garonnais aux deux visages. De quoi alimenter encore un peu plus une animosité purement sportive. Les hommes du duo Laussucq/Auradou veulent leur revanche en frappant un grand coup ce soir du côté de la rue Coubertin. Problème pour le Sporting, ils en ont largement les moyens.

Poisons à l’extérieur

Ce n’est pas Stéphane Prosper qui dira le contraire. Montois comme joueur, puis entraîneur, et encore aujourd’hui comme citoyen, il connaît plutôt bien la maison. « C’est une équipe que je vois jouer un peu plus souvent que les autres », révèle l’entraîneur des lignes arrières agenaises qui ne tarit pas d’éloges sur son adversaire du jour. « Ils n’attirent pas l’attention médiatique, poursuit-il. Mais sans faire de bruit, ils se sont imposés comme l’une des plus grosses équipes du championnat. » Rien de moins. Les chiffres en attestent. Les Jaune et Noir occupent le sixième strapontin de Pro D2, à trois petites unités seulement de la seconde place détenue par Agen. En déplacement, ce sont de véritables poisons. Au-delà de leurs deux victoire à Vannes et Béziers, ils sont allés prendre des bonus chez les cadors : Aurillac, Biarritz, Colomiers, Montauban, Perpignan. « Le Stade Montois accroche tous ses matchs. Quand il s’incline, c’est toujours de très peu, grâce au très gros état d’esprit de son groupe », indique Stéphane Prosper.

Gare aux contres

La capacité des Landais à provoquer des turnovers par leur pressing constant afin de lancer des contre-attaques sera à surveiller de près. Surtout que les Lot-et-Garonnais n’ont pas fait montre d’une exceptionnelle habileté la semaine dernière en Auvergne. « Ils ont également un très gros jeu au pied qui leur permet de renverser la pression », précise Florian Denos. Cette réception s’annonce délicate à négocier. Elle revêt pourtant un caractère capital. Hormis Oyonnax, tous les principaux postulants aux phases finales joueront loin de leurs bases. Le SUA LG tient ainsi l’occasion de reprendre la tête du classement à condition de rester souverain à la maison. « Le classement est bouleversé tous les week-ends. Une victoire ou une défaite peut tout changer. C’est pour cela qu’il est important de ne pas perdre à la maison », souligne l’arrière.
La météo est annoncée difficile avec un terrain très gras à cause des pluies abondantes. Le jeu risque donc d’être plus resserré qu’à l’accoutumé. « S’il ne faut pas surtout pas renier notre ADN, il faut que l’on soit un peu plus dans la justesse. Cela veut peut-être dire démarrer les actions avec des choses un peu moins complexes », avance le manager Mathieu Blin. A moins que… « Contre Mont-de-Marsan, j’ai appris que rien ne se passait jamais comme prévu. Une seule chose est sûre, cela reste un match particulier du fait de l’historique et de la proximité », soutient le capitaine des Bleu et Blanc Antoine Erbani. Jusqu’à présent, le derby tourne plus souvent en faveur des Lot-et-Garonnais. Mais toutes bonnes choses, y compris les séries ont une fin. Espérons que ce vendredi 13 ne soit pas un signe de mauvais augure.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés