Sua supplément // « Faire de la mêlée le point fort d’Agen »


C’était un jour de premières lors du match contre Grenoble pour Mike Tadjer : premier match en Top 14 et première titularisation. Un test grandeur nature pour cette recrue, signée à l’intersaison, afin de renforcer le secteur du talon, derrière les indétrônables Narjissi ou Barthomeuf. Mais les blessures sont passées par là et Mike Tadjer a saisi sa chance. Scruté par le staff et les supporters, sa solide partition en a rassuré plus d’un.

L’Hebdo : Première titularisation, première rencontre de Top 14… Comment jugez-vous votre match contre Grenoble ?
Mike Tadjer : Je suis un éternel insatisfait donc je me dis qu’il y a beaucoup mieux à faire en touche ou en mêlée. A moi de toucher plus de ballons, d’être plus costaud dans la défense.

L’Hebdo : On vous a vu haranguer vos troupes comme un vieux loup…
M. T. : Mais c’est mon caractère et ma position sur le terrain. On se doit d’être leader…

L’Hebdo : Pourtant la mêlée pouvait être un des points faibles de l’équipe et au final elle s’est bien comportée… Les observateurs se seraient-ils trompés ?
M. T. : (Rires) Peut-être oui  ! On veut faire de la mêlée le point fort d’Agen. C’est le résultat de notre travail mais surtout parce que mes coéquipiers de la première ligne ont su me mettre en confiance… On avance ensemble.

L’Hebdo : Pour votre premier match à domicile, vous affrontez Toulouse… Quelle est votre ambition ?
M. T. : On sera là pour gagner bien sûr ! C’est un derby de prestige. Toulouse est une équipe qui a fait rêver, après je ne sais pas ce que ça donnera avec le nouvel entraîneur… Mais ils ont eu dans leurs rangs l’une des mes idoles, William Servat.

L’Hebdo : Y a-t-il un risque de « trop » respecter le Stade toulousain…
M. T. : (Il coupe) Non ce n’est pas notre mentalité. Ils ont beaucoup fait pour le rugby français mais moi j’ai envie de les enfoncer en mêlée… Je me régale à l’avance d’aller les chasser et de les plaquer.

L’Hebdo : A Grenoble, entre la 15e minute et la 60e, vous aviez fait jeu égal, voire la course en tête, avant de perdre le fil. Ce scénario peut-il se répéter contre Toulouse ?
M. T. : C’est le haut niveau. Il faut rester concentré pendant 80 minutes. Nous avons travaillé en ce sens, afin de défendre et attaquer ensemble.

Propos recueillis par Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés