SUA supplément – Portrait : Meunier tu dors, Lamoulie va trop vite


320 minutes. Depuis le coup d’envoi du championnat, Mathieu Lamoulie n’a pas quitté le pré une seule seconde. Signe de la confiance que lui accorde le staff pour le retour du SUA dans l’élite. « Je ne sais pas comment l’expliquer », admet modestement l’arrière. Les autres, eux, savent. « Il ne fait que confirmer ses performances des deux dernières saisons avec une progression constante », souligne Stéphane Prosper, l’entraîneur des trois-quarts suavistes, pas surpris du niveau affiché par son poulain. Solide en défense, Mathieu Lamoulie est surtout efficace devant avec deux essais marqués contre Grenoble et le Racing. Là encore, le seul chez les Bleu et Blanc. A l’origine de ces deux actions, on retrouve Burton Francis sur une percée puis sur coup de pied. « Un hasard » d’après l’intéressé. Mais la connexion entre ces deux maillons forts est un précieux atout pour une équipe lot-et-garonnaise en quête de réalisme. « J’essaie d’aller chercher les ballons et de les bonifier un maximum, explique Mathieu. C’est toujours plaisant de marquer, c’est sûr, mais ce n’est pas comme si j’avais fait deux chevauchées de 40 mètres balle en main. Ça, c’est vraiment bon pour la confiance. J’aimerais être encore plus acteur de ces situations de jeu. »
Si le simple fait de marquer n’est même pas assez bien pour lui… Le garçon a de l’ambition et le fait savoir. Il n’attend d’ailleurs qu’une chose : que l’encadrement lui fasse un maximum de remarques pour se remettre en question et progresser.

Pur produit agenais

Ses prestations sont d’autant plus impressionnantes qu’il ne joue pas à son poste de prédilection. « Lorsque Agen est redescendu en Pro D2, les coaches ont décidé de me replacer à l’arrière, raconte cet ouvreur/centre de formation. Je n’ai pas dix ans de métier en 15 mais je m’y sens plutôt bien et je gagne en repères avec l’enchaînement des matchs. » Pour l’instant, il truste les places titulaires et commence à faire partie des cadres avec ses potes de la génération 90, Antoine Erbani et Alexi Balès. Et comme eux, Mathieu Lamoulie est également un pur produit de la formation agenaise. Selon le natif de Casteljaloux, « c’est très positif pour le club de voir que les jeunes qui sortent des Espoirs ont le niveau Top 14. Il faut continuer à s’appuyer la-dessus ». On ne va certainement pas le contredire sur ce point.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés