Le Supercross passe au stade supérieur


A Estillac, le spectacle était déjà grandiose. Au stade Armandie samedi, ce sera tout bonnement exceptionnel. Pour son cinquième anniversaire, le Supercross d’Estillac s’offre une délocalisation dans la cité voisine, sur le terrain du SUA LG plus précisément. « C’est une très belle opportunité, admet Cédric Lucas, organisateur de la compétition. Armandie est une enceinte de rêve pour faire de la moto. » Si le Supercross français a ses habitudes dans les plus grandes salles, comme Bercy ou les Palais des Sports, aucun rendez-vous ne s’est déroulé dans un stade de foot ou de rugby à ciel ouvert depuis le Stade de France en… 2000 ! « Ce qu’on est en train d’organiser fait beaucoup parler dans le milieu », glisse Cédric Lucas. Ce dernier n’a pourtant eu que trois petits mois pour tout mettre sur pied. « Il fallait convaincre la mairie qui est propriétaire des lieux et le Sporting. Ils ont décidé de nous faire confiance. Je pense que le fait de réussir à Estillac a pu aider », ajoute-t-il. Les inquiétudes quant à la dégradation de la pelouse alors que le club vient de valider sa montée en Top 14 ont vite été balayées. « L’état général du terrain justifiait sa réfection totale à l’intersaison 2017 », précise l’équipe municipale. « Nous avons en plus suivi toutes les consignes pour protéger la pelouse avec des bâches et du plancher. Il ne peut pas y avoir de mauvaises surprises. Nous ferons aussi un bon démontage pour ne pas empiéter sur le planning estival du club », poursuit Cédric Lucas.

Du beau monde

Les spectateurs, eux, ne pourront que se réjouir de voir les meilleurs crossmen du pays – Fabien Izoird, Cédric Soubeyras et Grégory Aranda pour ne citer qu’eux – s’affronter dans un tel écrin. « L’accueil sera de bien meilleure qualité avec de vrais sièges en dur, une parfaite visibilité de toute la piste, les buvettes habituelles du SUA, des toilettes dignes de ce nom et un accès plus facile », détaille l’organisateur. Et le contenu de la compétition est tout aussi luxueux. Pas de juniors cette année à cause d’un chevauchement de calendrier, mais les deux catégories reines du supercross pour l’ouverture officielle du championnat de France : le SX1 et le SX2. Soit un total de huit courses dont deux finales qui s’annoncent épiques sur le tracé de 580 mètres dessiné par l’un des meilleurs spécialistes en la matière… Cédric Lucas lui-même. Entre les « runs », plusieurs sessions de « freestyle » (sauts acrobatiques) sont prévues avec un plateau encore plus relevé que les années précédentes. « Nous avons configuré les rampes de telle sorte que les figures réalisées n’aient encore été jamais vues à Agen », promet Cédric Lucas. Le leader mondial de la discipline, le Français Tom Pagès, sera d’ailleurs en tribune pour assister au show. L’an passé, Estillac avait accueilli 4 500 personnes. Cette année, une semaine avant le jour J, l’organisation recensait déjà 6 500 pré-ventes. Preuve que les Lot-et-Garonnais se sont déjà approprié l’évènement.

Dimitri Laleuf

Samedi 17 juin – Tarifs : 25€, gratuit -10 ans, 75€ VIP – Essais à partir de 14h, courses à partir de 20h. Infos sur : www.supercross-agen.com

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés