Sur courant alternatif


Une nouvelle fois, Agen a manqué, hier soir à Aguilera, l’occasion de s’affirmer comme le leader incontesté de cette Pro D2. Comme à Oyonnax, Aurillac, et Colomiers, le SUA LG n’a pas su concrétiser sa supériorité face à une équipe biarrote pourtant largement à sa portée, échouant à trois petits points seulement 20 à 17 de Basques qui, eux, se relancent définitivement dans la course aux demi-finales.
Habitués aux départs canons dans ces matchs du jeudi soir entre supposés cadors, le SUA démarrait cette fois-ci en version diesel. Durant une demi-heure, le BO imposait son jeu tandis qu’Agen ne faisait que subir. En panne d’agressivité, indisciplinés, les Bleu et blanc traversaient les trente premières minutes dans une forme d’indolence indigne de leur statut de leader du championnat.
Malgré leur appétence, ils parvenaient néanmoins à limiter la casse en pointant enfin en fin de première période leur nez grâce notamment à leur feu follet George Tilsley, décidément l’homme de ces six premiers mois de compétition côté agenais. Un exploit personnel de ce dernier offrait à Burton Francis les premiers points agenais de la soirée.
13 à 3 aux citrons, Agen pouvait se dire que le meilleur était à venir tant sa première période avait été insipide. Hélas, leur entame de second acte ressemblait comme deux gouttes de cidre à celui du premier. Les avants biarrots prenaient les choses en main et enchaînaient les temps de jeu.
Mètre après mètre, ils gagnaient la bataille de l’avancée dans un jeu certes réducteur mais qui suffisait à mettre à mal des Agenais aux abonnés absents (20 à 3, 44e).

La moitié de l’équipe renvoyée à ses chères études
Face à cette insomnie générale, le staff agenais décidait de changer pratiquement la moitié de l’équipe en tout juste trois minutes afin d’éviter de voir le navire bleu et blanc sombrer.
Heureuse initiative car l’entrée des remplaçants portait immédiatement ses fruits. Le pack agenais retrouvait de sa superbe en même temps que son patron, le demi-de-mêlée Paul Abadie, de retour de blessure, revenait aux affaires. Ce dernier concrétisait immédiatement la domination des siens en signant un essai de filou qu’il transformait lui-même (52e, 20 à 10).
Ce premier essai agenais laissait augurer une fin de match passionnante. D’autant que la mêlée suaviste archi dominée au cours du premier acte donnait enfin des signes de satisfaction. Las, de très  nombreuses maladresses et autres scories annihilaient une à une les intentions des hommes de Mathieu Blin. La sortie prématurée de Mathieu Lamoulie peu de temps après avoir remplacé Burton Francis à l’ouverture, privant ainsi les suavistes d’un dix de métier, expliquait en partie cette incapacité à concrétiser leur supériorité. L’essai de pénalité accordé dans les arrêts de jeu permettait néanmoins de ramener un précieux point. Et d’effacer un peu de l’amertume née de  cette nouvelle occasion manquée de faire le trou…

Cyril Récondo

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés