Sur scène cette semaine


Fumel – Pavillon 108 // Ropoporose + Alpaga + I me mine

Ropoporose est un duo familial et fraternel, composé de Pauline (chant, guitare, clavier, percussions) et Romain (batterie, guitare, chœurs).
Autour de l’utilisation de la boucle comme postulat initial, ces deux frangins s’efforcent de transcrire, une musique empruntant autant aux échappées pop qu’à la pesanteur noise, influencée entre autre par Yann Tiersen, Sonic Youth, Arcade Fire ou Piano Chat.

Pour Alpaga on parle plutôt d’une instrumentation rock sertie de guitares galopantes et de rythmes inspirés sur lequel plane un chant féminin envoûtant.

I Me Mine se place dans le fleuron de la scène pop 60’s actuelle tout en se jouant des codes du genre.
Alternant passages électro complètement dézingués et vagues psychédéliques riches en harmonies vocales, les trois garçons affichent leur univers étrange où Syd Barrett trinque avec Alex d’Orange Mécanique.

Samedi 3 octobre à 20h30 – Tarif de 6 à 8 euros

Agen  // Le Florida – La Yegro + Hugo Mendez

Petite, elle était fascinée par Tina Turner et se rêvait sur scène. Et malgré son talent mis en lumière au conservatoire de Buenos Aires, ses parents, ouvriers,  la dissuadent. C’est un ami qui pousse La Yegro vers son premier casting pour un spectacle de De La Guardia, troupe de théâtre d’avant-garde, dans le sillage des Catalans de la Fura dels Baus, qui révolutionne la scène argentine dans les années 80. Elle est choisie et ne s’arrêtera plus de parcourir les scènes mondiales avec des rythmes de cumbia. Elle y croise un DJ qui y mèle des sons numériques… La Yagro trouve son son. Un premier album naît en 2013.

Hugo Mendez, lui, est le fondateur de Sofrito Records et des légendaires Warehouse Parties londoniennes, Hugo Mendez est la référence de la scène tropicale bass music européenne. Il vient de Paris mais ses oreilles sont braquées sur le monde entier : calypso-funk, afro groove, old-school mambo, tropical house ou samba, ce DJ n’a pas son pareil pour déglinguer les dancefloor de l’Angleterre à l’Australie avec les trésors qu’il est le seul à posséder.

Samedi 3 octobre à 21h00 – Tarifs de 12 à 16 euros – Infos et résas  : www.le-florida.org

Agen  // La Tannerie – Ana y Azul Trio

Ana y Azul trio, c’est la rencontre d’une chanteuse argentine vivant à Buenos Aires et de trois musiciens du cru qui ont décidé de revisiter ensemble, et à leur manière, le répertoire des grands standards du tango et de la musique argentine. Ana Battezzati (chant), grâce à ses prestations de tangos, valses et milongas dans les bars de Buenos Aires, a su créer son propre style. Elle se produit régulièrement en France.

Zabo (accordéon) compose et arrange pour le théâtre, le cinéma et la chanson. Elle travaille régulièrement avec Pierre Debauche et a accompagné Jacques Higelin. JB Pouey (guitare), auteur compositeur, et Vincent Bénard (basse) œuvrent ensemble dans des styles allant du rock au flamenco.

Samedi 3 octobre à 20h30 – Tarif de 10 à 14 euros – Infos et résas au 05 53 68 04 04

Pujols // Krooner on the Rocks

Une histoire d’amour impossible entre voisins de palier… Le propos de « Krooner on the rocks » semble on ne peut plus classique. Et pourtant, quand on y ajoute les ingrédients du site de rencontre et du hasard, l’histoire est ancrée dans le monde moderne. Lucy Harrisson, qui tient ici le rôel titre, a écrit et mis en scène une pièce à l’image des comédies sentimentales américaines. Elle y a ajouté un brin de chansons, croisées entre Jim Morrisson et Paul Anaka, de part et d’autres des appartements respectifs des deux protagonistes. Un petit plus non négligeable accompagné au piano.

Samedi 3 octobre à 20h30 – Tarif 15 euros – Infos et résas au 05 53 36 17 30

Villeneuve-sur-Lot // Théâtre Georges-Leygues – À tort et à raison

De Ronald Harwood
Avec Michel Bouquet, Francis Lombrail, Juliette Carré..
Mise en scène de Odile Roire

Berlin, 1946. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le commandant américain Steve Arnold (Francis Lombrail, éblouissant homme de théâtre et de cinéma croisé chez Yasmina Reza ou Anne Bourgeois) se retrouve face au célèbre chef d’orchestre Wilhelm Furtwängler — incarné avec génie, comme toujours, par Michel Bouquet. Ce dernier se voit reprocher d’avoir continué à diriger la Philharmonie de Berlin durant le régime hitlérien et d’avoir échangé une poignée de mains avec l’immonde dictateur. Réunissant un auteur (Ronald Harwood, « oscarisé » pour son scénario du Pianiste de Roman Polanski) et un metteur en scène (Georges Werler, dont la pièce Collaboration avait été remarquée au Colisée en 2012) maîtres de leur art, A tort et à raison traite d’un sujet passionnant servi par un tandem de comédiens de prestige. Nul étonnement donc face au succès parisien dont la pièce a joui.

Jeudi 8 octobre à 20h30 – Tarifs de 3 à 25 euros –  Infos et résas au 05 53 40 49 49

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés