Je te tiens, tu me tiens…


…par la barbichette, le premier qui ne rira pas aura une… descente.   A deux jours de la tournée du « vieillard » à la barbe blanche, les Agenais seraient donc bien inspirés, à l’inverse de Pierre Fouyssac (Ndlr, voir photo ci-contre) de filer une gifle plutôt que d’en recevoir une sous peine de voir le Père Noël rebrousser chemin. Car s’il y a bien une rencontre à ne pas manquer, c’est bien celle face à Brive ce samedi à Armandie. 

Après avoir laissé filer depuis le début de saison un nombre incalculable d’occasions de distancer deux des trois derniers de la classe avec lui, Oyonnax et Brive, le Sporting aurait donc tout intérêt à ne pas gâcher une nouvelle opportunité de reconquérir cette douzième place synonyme de bail renouvelé dans l’élite. Une défaite ce samedi et Agen verrait l’antépénultième place devenir un graal quasi inatteignable avec en prévision, notamment, un déplacement lors de la phase retour en Corrèze. Avec 18 points au compteur, à la trêve des confiseurs, Agen se positionnerait idéalement au moins pour s’assurer une place de barragiste (Ndlr, la 13ème)et s’éloigner d’une équipe d’Oyonnax, lanterne rouge, qu’elle recevra lors des matches retours.
En attendant de sortir la calculette, il faudra donc venir à bout d’un adversaire briviste habitué de longue date aux matches au couteau pour le maintien. Et qui depuis quelques semaines et le retour de plusieurs de ses cadres prouve qu’il est loin d’être cuit.

La révolution de palais

Pour ce faire, le SUA LG devra s’inspirer de ses dernières sorties où il se décida enfin à aérer le jeu. Encore de façon un peu timide parfois, certes, mais la révolution attendue dans le plan de jeu, à défaut de ressembler à celle de la prise de la bastille, est bien en marche.  Même si les relents d’un passé construit sur un jeu de défi restrictif sont encore palpables, le chemin du succès ne s’ouvrira à coup sûr  qu’avec les pattes des trois-quarts suavistes. 

A ce titre, la claque reçue à domicile par de faibles Palois en début de saison  résonne encore. En s’obstinant à vouloir concasser les Béarnais plutôt que de les contourner, le SUA LG  s’était battu tout seul en pratiquant un rugby où seuls les armadas de Top 14 peuvent encore espérer  tirer quelques profits. Et encore… Une gifle à domicile et quatre points bêtement envolés, c’est sûr, au jeu du « je te tiens tu me tiens… », le Sporting avait, ce jour là, oublié de rire. Une victoire face à Brive et le peuple d’Armandie retrouverait la banane…


Miquel parti pour rester ?

Le troisième-ligne aile du SUA LG, Antoine Miquel (22
ans), annoncé avec insistance du côté du club de la ville rose, le Stade Toulousain, pourrait finalement poursuivre l’aventure avec son club formateur, Agen.
Si rien n’est acté, la direction fait tout pour conserver l’un des meilleurs éléments de ce début de saison.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés