Travelling arrière sur octobre 2014


ça s’est passé en Lot-et-Garonne //

Une jacquerie sans précédent

En cette matinée du lundi 6 octobre à Agen, d’épaisses fumées noires s’élèvent çà et là dans le ciel. C’est à l’aube que près de 300 agriculteurs, majoritairement rangés sous la bannière de la Coordination rurale 47, ont fondu sur la ville au volant de leurs engins agricoles. Ils ont bloqué toutes les entrées de l’agglomération, brûlé des pneus et de la paille, déversé des fruits et leur colère dans la rue.
Leurs revendications sont nombreuses mais il y en a une qui a fait déborder le vase : la directive Nitrates. Cette réglementation prévoit en effet de passer près de 80% des communes du département en zones dites « sensibles », empêchant les exploitants de « travailler » et préfigurant « la mort de l’élevage sur notre territoire ».
La manifestation durera jusqu’en fin d’après-midi. Les agriculteurs en colère s’étaient regroupés devant la préfecture, face aux CRS, qui ont fini par charger. Le bilan matériel est élevé (217 000 euros de dégâts) et les plaintes sont déposées (par la préfecture et la DDT).
Quant à la directive Nitrates, la ministre de l’Ecologie a promis de revoir la carte pour faire du cas par cas.

ça s’est passé dans le Villeneuvois //

Des cèdres au coeur de la tempête

Du côté du CFA et lycée agricole de Sainte-Livrade, cette fin d’année fut mouvementée.Le parc attenant aux deux établissements de formation a été le lieu d’un affrontement violent entre forces de gendarmerie, agriculteurs en colère et écologistes. Au centre de l’affrontement, des cèdres, âgés de 150 ans, et menacés de disparaître avec l’ouverture du chantier du nouveau bâtiment financé par la Région, destiné à accueillir élèves et professeurs du CFA.
Ces deux arbres majestueux se sont en effet retrouvés condamnés par le plan architectural du nouveau lycée de formation. Un plan que les professeurs et salariés ont découvert peu de temps avant l’arrivée des tractopelles… Certains d’entre eux s’insurgent alors contre l’abattage de deux arbres plus que centenaires et lancent une pétition. Mois après mois, la mobilisation grossit dans le département. Par deux fois, l’abattage des cèdres est repoussé, jusqu’à ce 10 octobre, où à l’issue d’une ultime réunion entre les différentes parties, les tronçonneuses se sont mis en branle. C’est lors de cette ultime réunion que les agriculteurs en colère étaient venus affronter les écologistes, défenseurs des cèdres. Sept d’entre eux ont été interpellés.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés