Un troisième conservatoire départemental pour le Villeneuvois


Mais oui, mais oui, l’école est finie… Tout du moins celle de musique et de danse du Villeneuvois. Elle est désormais classée conservatoire, le troisième dans le département avec Marmande et Agen. Un conservatoire intercommunal qui s’apprête donc à délivrer des diplômes reconnus au niveau national. Un conservatoire unique en Lot-et-Garonne, car seul classé intercommunal. L’arrêté ministériel, arrivé fin janvier, est le fruit de quatre années de travail collaboratif entre Ludovic Rucosa, le directeur de l’école, les professeurs et les élus : « Ils se sont battus pour garder le budget intact et ainsi pouvoir mettre en place le projet qui nous a permis de passer conservatoire. Et en cette période de disette financière où la culture est la première malmenée, c’est à saluer » souligne Ludovic Rucosa. Du côté des élus, on tient plutôt à souligner le travail de ce dernier : « Qui a mis en place de nouvelles bases de travail et de nouveaux objectifs, notamment celui de rayonner sur l’ensemble du Villeneuvois » souligne Béatrice Delléa, adjointe à la Culture, réjouie par la nouvelle tout comme le maire et président de l’agglomération Patrick Cassany : « Encore une fois, le Grand Villeneuvois se distingue au niveau national. Aujourd’hui, c’est la qualité de l’enseignement délivré à l’école de Musique et de Danse et le travail réalisé par l’ensemble de l’équipe pédagogique qui sont reconnus. Lorsque l’on veut attirer de nouveaux habitants, la qualité des enseignements dispensés et la richesse de la vie culturelle sont des atouts indéniables, qui bien souvent font la différence ».

De nouveaux projets

Le classement en conservatoire va permettre notamment de prétendre à de nouvelles subventions par la Drac ou le Conseil départemental. De nouveaux projets d’enseignement sont d’ores et déjà sortis des cartons : « Nous allons développer les cursus alternatifs, avec de la danse contemporaine, comme nous l’avons fait avec la musique en s’ouvrant aux musiques actuelles » précise Ludovic Rucosa. « Et nous devons aussi poursuivre le travail de maillage du territoire en développant les partenariats avec les écoles en milieu rural. C’est aujourd’hui une de nos missions premières en tant que conservatoire intercommunal ».

Annabel  Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés