Un aspirateur à déchets urbains pour le moins Glutton


La chasse aux mégots est ouverte ! La Ville d’Agen vient en effet de se doter d’un aspirateur à déchets urbains bien particulier. Son nom : Glutton. Fabriqué par une société belge, cet appareil électrique autotracté a fait des restes de cigarettes son aliment favori. Il permettra ainsi aux agents de voirie d’améliorer considérablement la propreté dans l’hyper-centre car ces tous petits mais très polluants déchets sont difficiles à ramasser manuellement. « Les grilles d’arbres du boulevard de la République sont devenus des cendriers géants, déplore Nadège Lauzzana, adjointe en charge de l’Environnement et du Développement durable. Le Glutton permettra de les nettoyer en profondeur avec beaucoup plus d’efficacité. » Effet collatéral et non des moindres : la pénibilité du travail des agents s’en trouve réduite. Tous les autres types de détritus peuvent également être collectés par cet outil silencieux, endurant (autonomie de 12h) et respecteux de l’environnement avec son filtre de 18m2.

« Entraîner un cercle vertueux »

Bien plus efficace que ce bon vieux balai, le Glutton est aussi bien plus cher. « Entre 15 000 et 20 000 euros », révèle Nadège Lauzzana. Un investissement cependant jugé nécessaire. « Nous souhaitons entraîner un cercle vertueux de propreté. Ce matériel change la perception du public et nous espérons que cela poussera les citoyens et les commerçants à tout faire pour améliorer le cadre de vie. Il faut considérer le domaine public comme une partie de chez soi », estime-t-elle. L’adjointe rappelle au passage que, par arrêté municipal, le jet d’un mégot sur la voie publique est passible d’une amende. Idem pour les déjections canines non ramassées. Avec « près de 200 cendriers et 600 poubelles » installés dans la cité, les contrevenants n’auront plus d’excuse.
Le Glutton sera en action dans les principales artères commerçantes d’Agen six fois par semaine. « La poursuite de la piétonnisation nous poussera peut-être à l’avenir à en acquérir un second », précise Nadège Lauzzana.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés