Un festival pour tisser les liens entre médias et grand public


L’idée n’est pas locale mais émane de l’équipe journalistique de deux revues parisiennes dénommées XXI et 6 mois, spécialisées dans le grand reportage. A leur tête, Laurence Corona, qui avait pour habitude depuis de nombreuses années d’organiser des soirées rencontres avec leur lectorat. Mais, l’an passé, elle s’est décidée à aller plus loin :  « On ne voulait plus se contenter d’un seul auteur face à une petite assemblée sur une heure de temps, mais inviter une centaine d’intervenants sur plusieurs jours qui viennent raconter leurs expériences professionnelles sans tabou, ni solennité… Dès lors, cela signifiait créer un festival. Dès le départ, j’avais établi quelques principes, je ne voulais pas d’un site sur Paris ou la région parisienne et éviter les villes. Je voulais une ambiance conviviale, avec un air de vacances… » Direction le Sud donc, avec un passage par Couthures-sur-Garonne, fréquenté assidûment par Philippe Chaffanjon, ancien directeur de France Info et France Bleu, aujourd’hui décédé : « Et qui m’avait parlé de l’endroit » ajoute Laurence Corona. « J’ai immédiatement flashé sur le cadre et l’enthousiasme du maire de la commune a fini de me convaincre ». Pourtant, poser ses valises à Couthures n’était pas une solution de facilité. Ce village de 400 âmes ne possédant ni hôtel, ni restaurant en capacité d’accueillir la centaine d’intervenants, la cinquantaine de bénévoles et les milliers de visiteurs attendus : « On a mobilisé les forces locales avec des chambres chez l’habitant, les gîtes aux alentours, les locaux qui nous ont ouvert leurs maisons… C’est une démarche à laquelle j’aspirais… Je ne voulais surtout pas que le festival passe pour une manifestation de Parisiens, venus envahir la campagne provinciale. »

MC Solaar en parrain
Ce festival est un réel pari pour l’équipe de XXI et 6 mois, puisqu’il ne bénéficie d’aucune subvention publique pour sa première édition : « Nous avons lancé une campagne de financement participatif qui a très bien marché puisque nous avons récolté 53 000 euros, un record pour ce type de manifestation » raconte Laurence Corona. Le festival se finance encore à 80% par la billetterie. Et s’est attaché non seulement des noms prestigieux dans le milieu journalistique mais peut également se vanter d’avoir un parrain original en la personne de MC Solaar : « Qui a immédiatement adhéré à l’idée et qui reste sur les trois jours avec une totale liberté sur ses propres interventions » ajoute Laurence Corona.                  

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés