Un nouveau domaine aux portes du Tournonnais


La famille Tylski originaire du Nord-Pas-de-Calais est arrivée à Anthé tout près de Tournon d’Agenais dans le Lot-et-Garonne au début des années 80. Éleveur d’agneaux aimant le vin, Jacky Tylski a l’idée de planter de la vigne sur une petite parcelle d’un demi hectare entourée de genévriers et malicieusement nommée « la côtelette » en référence à sa forme ovoïdale.

La passion pour le vin

Jacky s’occupe en priorité de son cheptel mais il trouve également un débouché pour sa vigne auprès de la cave des sept monts située près de Monflanquin. Au début des années 90, il plante cinq hectares de plus et en rajoute encore cinq au début des 2000. Toute la production part aux sept monts sauf quarante ares plantés en petit manseng qui sont réservés pour produire un vin blanc fruité et sucré pour une consommation personnelle. Matthieu, son fils, grandit dans cet environnement sur le domaine et y prend le désir tout petit de devenir ingénieur agronome avec la passion pour le vin chevillée au corps.
Petit à petit, l’enfant devient homme et passe par toutes les étapes de la formation qui l’amènent jusqu’à son rêve : tout d’abord un bac option agronomie puis une école d’ingénieur agronome à Rennes avec une spécialisation en viticulture/œnologie. En 1997 à la fin de son parcours, bardé de diplômes et de compétences mais aussi amoureux de sa terre et de Séverine une fille du coin, Matthieu décide de rester chez lui pour travailler plutôt que de partir à l’aventure. En 2000, il trouve un emploi au sein du syndicat des vignerons de Cahors.

Un vin plaisir

Son travail d’expert s’étend vers deux grandes lignes. Premièrement, il travaille directement sur le cahier des charges des appellations, les conditions de productions pour faire grimper le niveau de qualité et sur la hiérarchisation du vignoble pour la création de cru. Deuxièmement, il conseille les producteurs sur les traitements qu’ils peuvent apporter à leur vignoble. « C’est un travail riche et passionnant mais cela ne répondait pas à mon rêve d’enfant de faire mon propre vin » explique Matthieu.
Alors, en parallèle de son boulot d’ingénieur, Matthieu commence à s’occuper des vignes de son père. En 2015, il lui en reprend presque trois hectares pour se lancer et commencer à produire du rouge et du rosé qu’il commercialise en BIB sous la dénomination « Mas de la Borde Haute » du nom du lieu-dit où il réside. « C’est un vin plaisir qui nous permet de démarrer notre activité » explique Matthieu. En effet, le couple souhaite développer son activité et est plein de projets pour les années à venir. « Cette année, nous avons la même surface en production. Nous avons également planté 1,30 ha de plus et 1,70 ha sont en prévision pour 2017 » explique Séverine.

www.facebook.com/masdelabordehaute/ – Contact : 06 78 95 95 76 ou 06 37 44 99 46

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés