Un parcours pour devenir citoyen


2016 sera l’année de la sixième édition pour le rallye des citoyens. Le 28 avril prochain, il investit les rues de la bastide après les boulevards agenais, l’an passé. Organisé par un partenariat étroit entre l’Éducation nationale et les forces armées, il entre dans le cadre de la Journée défense et citoyenneté mise en place par le gouvernement. Et visiblement, la formule séduit : « D’année en année, de plus en plus d’établissements souhaitent inscrire des équipes » souligne Jean-Henri Pinot, lieutenant-colonel délégué départemental militaire. « Cette année, nous avons dû limiter le nombre de participants à 170 pour une question d’organisation. Nous ne pouvions en accepter davantage ». 170 participants issus de classes de troisième et de première d’établissements scolaires venus de tout le département.
Car, le rallye nécessite une organisation importante. Plus de quatre mois de travail ont été nécessaires et il mobilise le jour J près de 160 personnes : « Soit quasiment une personne pour chaque participant » ajoute le lieutenant-colonel Jean-Henri Pinot. « Tous les réservistes du département ou presque sont sur le pont ».

Parcours et ateliers
Au fil d’un parcours qui se déroule tout au long de la journée, les équipes passent par douze ateliers aux thématiques bien définies, répartis sur quatre sites dans la ville. Un questionnaire leur est alors soumis qu’ils doivent compléter en 30 minutes. Face à eux des interlocuteurs différents, issus de l’armée, mais également de la réserve, de la gendarmerie, des anciens combattants et même des élus politiques : « Ils abordent les sujets des conduites à risques, des fonctionnements des institutions, de l’engagement militaire ou associatif via le service civique… »
Chaque questionnaire a été élaboré avec la collaboration de la principale du collège Crochepierre : « Il touche ainsi les programmes scolaires des jeunes » précise Dominique Poggioli, inspecteur d’Académie.
Chaque équipe est accompagnée d’un soldat ou d’un réserviste : « Et au fil des heures, les élèves nouent des liens avec ces derniers. Ils prennent alors connaissance de ce qu’est un soldat, ce qui leur ouvre des horizons autres que les idées préconçues vis à vis de l’armée » remarque le lieutenant-colonel Jean-Henri Pinot.  

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés