Un succès tardif mais précieux


Les rois du suspense…Comme la semaine dernière à domicile face à Biarritz, les Agenais auront attendu les ultimes secondes de la rencontre pour s’imposer 23 à 21. Et signer ainsi un premier succès à l’extérieur à l’issu d’un premier bloc terminé sur le podium.
Mais dieu que cette victoire fut longue à se dessiner. Agen aura pendant soixante minutes balbutié son rugby : empruntés offensivement notamment en raison de nombreuses fautes de main, balayés au cours du premier acte en mêlée, les Bleu et Blanc subirent durant près d’une heure la domination de Montois qui semblaient survoler la rencontre.

Un premier acte à sens unique
C’est d’ailleurs les Landais qui les premiers trouvaient le chemin de l’en-but adverse après une pénaltouche où la défense agenaise s’effrita sous la puissance du seul troisième-ligne centre Taulanga (17e). Le Sporting, groggy, peinait à se relever de ce premier coup de boutoir montois. D’autant que les fondations lot-et-garonnaises commençaient sérieusement, elles aussi, à se fissurer. Symbole de ces difficultés du premier acte, la mêlée agenaise se voyait ainsi sanctionner à quatre reprises au cours des quarante-cinq premières minutes. Seule l’incapacité des Montois à concrétiser leurs nombreux temps forts permettaient aux hommes du trio Blin-Prosper-Reggiardio de virer aux citrons à quelques encablures de leurs hôtes du jour (13 à 6). Un moindre mal…
Las au retour des vestiaires, les Montois semblaient avoir enfin retrouvé leur efficacité. Ils creusaient en moins de dix minutes un écart significatif en inscrivant une pénalité par James suite à une faute en l’air de Paris qui écopait d’un carton jaune (46e) avant de marquer un second essai, s’offrant ainsi quinze points d’avance  (21 à 6, 49e) ! Agen était alors au pied du mur. Peu ou proue croyaient la bande à Erbani capable de recoller au score.
Mais sous la férule notamment de son demi-de-mêlée, Paul Abadie, impeccable de la première à la dernière minute hier soir encore, les Bleu et Blanc se jetaient corps et âmes dans la bataille comme libérés.

Imprévisibles agenais
Enfin ! Ils parvenaient alors à enchaîner des temps de jeu en étant notamment beaucoup plus pragmatiques et patients. Mchedlidze, le premier, suite à une longue série de pick and go, suivi d’un relais tout en puissance de Tau et d’un décalage parfait de Abadie, permettait au Sporting de revenir à huit longueurs des locaux (21 à 13, 59e). Sur leur lancée, les Agenais enfonçaient le clou, toujours en profitant des faiblesses montoises dans le jeu au près. Ryan porté par ses coéquipiers finissait dans une certaine confusion derrière la ligne d’en-but landaise à l’orée des dix dernières minutes. Agen revenait alors à un tout petit point de Montois comme tétanisés, rattrapés surtout par leurs vieux démons lot-et-garonnais, qui depuis 2010 leur bottent les fesses à chacune de leur confrontation. Et comme un dernier pied de nez à une rencontre où ils frôlèrent parfois la schizophrénie, les Agenais arrachaient l’ultime pénalité de la gagne après une mêlée où ils faisaient exploser des Landais médusés. Burton terminait d’un maître coup de pied de 50 mètres le boulot et offrait aux siens une victoire précieuse. Et une place tout en haut de la Pro D2 aux côtés d’Aurillac… 

Cyril Récondo

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés