Un triumvirat pour vanter le département


La dernière fois que trois consuls s’étaient rapprochés, cela avait donné naissance à l’Empire. Alors quand les présidents des chambres consulaires de Lot-et-Garonne (agriculture, artisanat et commerce) officialisent leur union, la nouvelle n’est pas anodine. Ce n’est pourtant pas la première fois que les trois entités œuvrent de concert, mais c’est bien parce que les temps l’exigent qu’ils ont décidé de muscler leur communication. Et d’envoyer un message : « Si le département n’est pas uni autour de projets travaillés, réfléchis en commun, pas besoin d’attendre que ça vienne de là-haut ».

Exister dans la super-région

Traduction de la parole du président de la Chambre de commerce et d’industrie : « Avec l’appauvrissement des aides publiques et la métropolisation autour de Bordeaux ou Toulouse, si on ne définit pas de projets en commun, on va dans le trou ».
Le « trou », c’est la position géographique dans laquelle se retrouverait Lot-et-Garonne au gré de la réforme territoriale et de la super-région à venir. « A notre connaissance dans les autres départements, les chambres ne se sont pas rapprochées, confirme Philippe Bazzoli, président de la Chambre des métiers et de l’artisanat. D’ailleurs nous avons commencé nos actions groupées avec, par exemple, une exposition sur les métiers de la ruralité qui a débuté à Marmande et qui tournera dans toute la région. »

Amener l’expertise aux Agglos

Mais n’allez pas croire que les consuls se cantonnent à de l’affichage. Ils veulent passer à l’action et sont prêts à secouer les habitudes… Quitte à ruer dans les brancards de nos hommes politiques. « Nous avons l’expertise, rappelle Jean-Alain Mariotti, nos membres sont des hommes de terrain qui connaissent ses réalités. Des fois ils nous écoutent, des fois non… »
Afin de passer à la vitesse supérieure et d’être des acteurs aux côtés des collectivités publiques, les membres des trois chambres appellent à la signature « le plus rapidement possible » de conventions pour « remettre nos élus dans le bon sens ». Un appel qui a été entendu par l’Agglo d’Agen, premier partenaire du triumvirat. Marmande est sur les rails, en attendant Villeneuve. « Et que l’on ne nous accuse pas de faire de la politique, on souhaite travailler avec des élus de droite et de gauche, conclut Jean-Alain Mariotti, le but est de couvrir tout le département. »
Expertise, conseil, travail de fond : les chambres de l’artisanat et des métiers, d’agriculture et de commerce et d’industrie sont en ordre de bataille et comptent bien faire du Lot-et-Garonne une vraie terre du milieu économique.

Gauvain Peleau-Barreyre

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés