Une nouvelle école dans la Bastide ?


A la rentrée de septembre 2016, une nouvelle école compte bien voir le jour au coeur de la bastide, impulsée par l’association Envol 47. Elle n’est pas une école ordinaire car elle s’inscrit dans le mouvement en progression constante des calandreta, établissements scolaires pratiquant l’enseignement en bilinguisme français et occitan. L’une d’entre elles est née récemment à Agen et affiche complet à peine deux ans après son installation. A Villeneuve-sur-Lot, la calandreta n’est pas loin, elle aussi, d’atteindre les mêmes résultats, avant même sa création : « Nous avons déjà quinze enfants qui devraient constituer la première classe de maternelle » explique Elisabeth Prieur, coprésidente d’Envol 47. Car l’école ouvre avec une première section maternelle pour ensuite pouvoir suivre la scolarité pleine et entière de l’enfant : « Pour que cela soit utile, le bilinguisme doit commencer avant les 5 ans de l’enfant » précise Elisabeth Prieur.

Des parents investis
A l’origine du projet, se trouve un groupe d’amis poussés par le même désir de scolariser leurs enfants dans un système différent de l’école laïque classique : « Pour certains, il s’agit de leur premier enfant, pour d’autres, ils veulent sortir de l’Education nationale » ajoute Elisabeth Prieur. Car  les calandreta ne sont pas seulement bilingues mais suivent la méthode dite Freinet : « Les enfants sont partie prenante de leurs évaluations et c’est le groupe qui juge du niveau de chacun, non pas seulement le professeur. Les enfants deviennent acteurs de leur apprentissage. L’enseignement respecte le rythme d’apprentissage de chacun et est en étroite relation avec son environnement et le territoire sur lequel il se dispense » précise Elisabeth Prieur.
Les classes ne dépassent pas les 18 élèves, une spécificité qui fait beaucoup dans le succès des calandreta : « Les parents sont également largement impliqués dans le fonctionnement de l’école et peuvent même intégrer la classe ponctuellement pour faire profiter aux enfants de leur savoir personnel ».
Enfants, financements… Tout est paré pour une ouverture villeneuvoise en septembre. Il reste encore cependant à Envol 47 à trouver des locaux pour accueillir la calandreta : « Il nous faut trouver un site de deux salles, avec des toilettes et un dortoir. Pour cela, nous avons besoin du soutien de la municipalité avec qui nous avons rendez-vous prochainement » ajoute Elisabeth Prieur. La future calandreta, comme ses consoeurs, sera laïque, reconnue par l’Education nationale et gratuite. 

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés