Une rentrée des classes dans le vif du sujet


Si les vacances ne sont pas encore terminées pour tout le monde, elles le sont bel et bien pour les joueurs du SU Agen. Le championnat reprend ses droits ce week-end avec, pour les Lot-et-Garonnais, un intéressant déplacement à Béziers dimanche. Dans leur cartable avant de prendre le car pour l’Hérault, une intense préparation. « C’est la première fois que je suis aussi fatigué au moment de rattaquer la saison », lâche même Clément Darbo. Mais avec trois défaites en autant de matchs amicaux et treize essais encaissés, le programme d’intersaison n’a pas levé tous les doutes. Notamment en ce qui concerne la défense. « Bien sûr, ça nous préoccupe, admet le demi de mêlée trentenaire. Mais être champions du monde des matchs amicaux, on s’en fout. Ce qui compte réellement, c’est ce qu’il va se passer dimanche. » Élémentaire. Rien de tel que la compétition pour savoir où on en est vraiment.

Un Béziers séduisant
Et justement, pour leur entrée en matière, les hommes de Mathieu Blin vont être servis. L’ASBH est l’un des gros morceaux de ce programme de Pro D2, passé à un petit point seulement de la qualification pour les demi-finales au printemps dernier. « On aurait tort de prendre ce match pour une mise en bouche ou un simple test de rentrée. On peut presque déjà parler d’un match capital contre un concurrent direct », prévient Marc Baget. Le flanker sait de quoi il parle : il y a passé deux saisons entre 2013 et 2015. Depuis l’arrivée sur le banc de Manny Edmonds, Béziers propose un rugby des plus séduisants. « Leur jeu est principalement basé sur la conservation du ballon et le mouvement, explique Marc Baget. L’équipe maîtrise bien son projet de jeu et évolue désormais avec beaucoup de fluidité. Il faut la prendre très au sérieux. Je me méfierai en particulier du centre Simon Chevtchenko qui connaît le système sur le bout des doigts et capable de casser la ligne à n’importe quel moment, ainsi que du troisième ligne François Ramoneda, un capitaine de combat qui ne lâche jamais rien et toujours exemplaire. »

« Pas un tirage à notre avantage »
Les suavistes pourraient bien en baver sur la pelouse de l’imposant Stade de la Méditerranée. « Avec notre défense pas encore en place, Béziers n’est pas un tirage à notre avantage à ce moment de la saison », concède l’entraîneur des lignes arrières Stéphane Prosper. Ceux qui attendaient un rouleau-compresseur bleu et blanc dès la première journée peuvent passer leur chemin. Certaines lacunes affichées dans l’élite lors du précédent exercice pénalisent toujours les joueurs du SUA. Et si Vannes, Soyaux-Angoulême ou Carcassonne ne sont du même calibre que les Racing, Toulon ou Montpellier, la Pro D2 n’en reste pas moins un championnat dense avec de sérieux outsiders. « On sait que cette saison va se jouer dans un mouchoir de poche. Ce sera intense, difficile, serré. Chaque week-end sera important », analyse Marc Baget. Une belle affiche pour commencer ne garantit pas les quatre points de la victoire, mais c’est l’assurance de se mettre tout de suite dans le vif du sujet. Le Sporting n’aura pas le temps de ronronner. Et c’est tant mieux !   

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés