Villeneuve canton 2 // Faire front contre le front


Sur le canton 2, ce que l’on nomme le front républicain est en marche. Alors que Patrick Cassany, candidat pour la majorité départementale, se retrouve seul à affronter le Front national et son chef de file, Etienne Bousquet-Cassagne, les maires des communes du canton sont venus apporter leur soutien au président de l’agglomération villeneuvoise. Des maires en dehors de toute sensibilité politique qui ont fait bloc… « Sans être, nous en sommes conscients, propriétaires des voix de nos administrés » soulignait Michel Mingo, maire de Bias et plutôt de sensibilité à droite. « J’ai choisi quant à moi entre le PS et le FN et je voterai pour le binôme Joffroy-Cassany ».

Tous ou presque ont souligné qu’ils étaient avant tout des républicains mais surtout l’impact négatif qui pourrait découler sur le Villeneuvois d’avoir un élu FN au Conseil départemental : « On ne peut pas accepter de voir le Front national être élu quand on voit l’action qu’ils mènent là où ils siègent » ajoute Guy Victor, maire de Hautefage-La-Tour. « A la CAGV, Etienne Bousquet-Cassagne, le premier, a démissionné pour laisser ses fonctions à un autre maire. Ils ne sont là que pour véhiculer les idées nationales et non pas pour travailler pour le territoire. Ils ont un mépris de la fonction locale ».

Ne pas isoler le canton 2

Yvon Ventadoux, maire de Pujols, soulignait lui « le manque de responsabilité et de connaissance des dossiers du camp adverse. Je comprends la colère de mes concitoyens, mais il ne faut pas qu’ils se trompent de colère et perdent leur mémoire car jamais le discours véhiculé par le Front national n’a été la solution aux difficultés ».
« Nous sommes tous des républicains » ajoutait Patrick Cassany. « Et c’est cela qui prime ».
Et surtout l’ensemble des maires du canton craint qu’en cas de victoire du FN, le territoire se retrouve isolé du reste du département : « Ce serait catastrophique en terme d’images, pour faire venir des emplois et des implantations d’entreprises » ajoute Patrick Cassany. « Malgré nos sensibilités politiques différentes, nous travaillons ensemble sur des projets pour faire avancer la situation du canton 2. Nous ne voulons pas que ce canton soit le symbole de la représentation FN sur le département. Il n’aurait plus aucun poids dans l’assemblée départementale » ajoute Patrick Cassany. Ce dernier ajoute qu’il a compris le message des électeurs qui « ont exprimé leur mécontentement. Mais, il ne faut pas qu’ils se trompent d’élections. Ici, nous ne sommes pas sur des échéances nationales mais bien locales ».

Annabel Perrin

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés