« Un gros morceau nous attend à Armandie ! »


L’Hebdo : Corentin, quelle a été la réaction du groupe après la défaite à Castres ?

Corentin Braendlin : Nous étions tous très déçus au sortir de ce revers face au CO car nous avions vraiment la possibilité de réaliser une belle affaire dans le Tarn, surtout que Brive et Oyonnax sont rentrés bredouilles de leurs déplacements à Toulon et à Lyon. Malheureusement, nous avons craqué en fin de match, sur les dix dernières minutes, et on a laissé filer la possibilité de ramener au moins un point qui semblait à notre portée. Cela prouve que nous ne sommes pas loin de la vérité donc en aucun cas nous sommes abattus.

L’Hebdo : Comment expliquez-vous cette sixième défaite de rang en championnat ?

C.B. : Il y a encore eu beaucoup d’erreurs individuelles et collectives qui nous sortent un peu du match. Je crois qu’on a aussi laissé énormément d’énergie dans des choses que nous aurions pu faire bien plus simplement. Chaque fois que nous ne sommes pas arrivés à sortir proprement de notre camp, nous l’avons payé cher. Nous nous sommes usés bêtement et ce manque de jus s’est fait resentir en fin de match pour tenir le score. Nous avons pas mal subi en fin de rencontre en défendant longtemps sur notre ligne et au final on a craqué.

L’Hebdo : Y’a t-il tout de même des points positifs à retirer de ce déplacement ?

C.B. : Comme souvent, voire tout le temps depuis le début de la saison, nous ne pouvons rien reprocher au groupe en termes d’état d’esprit. Dans l’engagement, nous ne nous sommes pas trahis et nous avons proposé une belle bataille aux Castrais. Je crois que l’on peut être fiers du visage que l’on a montré dans le combat, même si des approximations nous coûtent la partie. C’est aussi ça le rugby de haut niveau, les erreurs se payent cash en Top 14. Le secteur de la touche a également été en amélioration par rapport à nos dernières sorties. Il y a encore eu un peu de déchet puisque on perd une ou deux touches importantes, mais c’était plus propre puisque nous avons volé trois ou quatre ballons sur lancer adverse, l’un des meilleurs alignements du championnat.

L’Hebdo : Comment abordez-vous la réception d’un Toulon amoindri par l’absence de certains internationaux ?

C.B. : Un énorme combat nous attend ce week-end et il va falloir être prêt à répondre présent face à un autre gros morceau du championnat. Le RC Toulon possède pratiquement les meilleurs joueurs du championnat dans chaque ligne. Et même si ils ont quelques joueurs sélectionnés pour les tests de novembre, ils ont un effectif tellement large que leurs remplaçants sont tout aussi bons voire meilleurs que leurs titulaires.

L’Hebdo : Cette affiche sera-t-elle un peu particulière pour vous, étant donné
vos racines varoises ?

C.B. : Effectivement je suis originaire du Var où j’ai débuté le rugby à l’âge de cinq ans à La Seyne-sur-Mer avant de rejoindre le RC Toulon en cadets et d’intégrer le centre de formation. C’est ma troisième saison au Sporting et je suis maintenant 100% Agenais. Même si c’est mon ancien club, ce sera un match comme un autre pour moi si je joue. Cela reste un match de rugby que nous devons gagner car nous sommes à domicile et c’est bien cela le principal.

L’Hebdo : Les blessures de Leandro Cedaro, Tom Murday et Mickaël De Marco,
vous offrent la possibilité de vous exprimer en seconde ligne, comment le vivez-vous ?

C.B : C’est vraiment malheureux pour le groupe car ce sont tous de très bons joueurs aux côtés desquels je progresse au quotidien. Ils vont beaucoup manquer au groupe. Il va falloir que les mecs qui jouent à leur place fassent tout pour les remplacer de la meilleure des façons. A titre personnel, j’ai eu un début de saison un peu compliqué car je n’avais pas énormément de temps de jeu mais petit à petit le staff me fait confiance et je prends du plaisir à m’exprimer sur le terrain.

Simon Galinier

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés