L’agence qui déniche des logements pour ceux qui ne trouvent pas


Pour certains, l’accès au logement est un véritable chemin de croix. Familles nombreuses ou monoparentales, sans-emplois, bénéficiaires des minimas sociaux… Les situations problématiques sont légion. Même les actifs rencontrent des difficultés quand leurs revenus n’atteignent pas trois fois le montant du loyer. Acteur reconnu en Lot-et-Garonne sur les questions sociales, l’association Solincité a ainsi créé fin 2012 une agence immobilière solidaire dont les bureaux sont implantés à Villeneuve-sur-Lot.

De la même manière qu’une agence classique sans en être concurrente, celle-ci possède un portefeuille de biens appartenant à des propriétaires privés et se charge ensuite de trouver des occupants. « Nous avons une carte professionnelle, une assurance. Nous sommes enregistrés auprès de la Chambre de commerce », précise Aline Couturier, directrice du pôle social de Solincité. La différence se situe du côté des logements. « Ceux que nous gérons ont pour la plupart été rénovés avec des subventions de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (Anah). En contrepartie, les bailleurs se doivent de faire du logement social, avec des loyers encadrés », ajoute Aline Couturier. A l’heure actuelle, cela concerne 220 appartements ou maisons en Lot-et-Garonne. « On lutte contre les préjugés pour que les propriétaires soient rassurés. On fait en sorte de sécuriser le paiement des mensualités, que le logement reste en bon état et qu’il y ait de bonnes relations de voisinage. En cas d’impayé, on peut même soutenir les procédures d’expulsion », indique Aline Couturier.

La demande est supérieure à l’offre

Mais l’agence solidaire se place aussi bien sûr du côté des locataires. Sur un plan technique, c’est d’ailleurs l’association Solincité qui est officiellement locataire des logements, avant de sous-louer aux personnes à faibles ressources. « On les accompagne dans leurs démarches pour obtenir les différentes aides auxquelles ils ont droit, notamment avec la Caf. On vient les voir régulièrement, tous les deux mois environ, pour voir si tout se passe bien. On a deux hommes d’entretien qui se déplacent eux-aussi pour leur apprendre les petites réparations du quotidien et éviter l’intervention coûteuse d’un artisan », poursuit la directrice. En bref, un rôle d’intermédiaire pour faciliter les choses.

Si les logements sociaux traditionnels imposent un guichet unique et des commissions mensuelles d’attribution, rien de tout ça du côté de l’agence solidaire. « N’importe qui peut venir, assure Aline Couturier. On demande seulement les relevés d’imposition pour n’aider que le public dans le besoin ». Toutes les demandes ont du mal à être satisfaites, faute de biens disponibles. « L’enjeu pour nous est de trouver plus de propriétaires prêts à entrer dans ce dispositif. Il faut qu’ils sachent que ça peut être intéressant sur le plan financier, avec une défiscalisation qui peut grimper jusqu’à 85%. » Il en va également de l’avenir de la structure. Privée des subventions du Conseil départemental depuis deux ans, l’agence de Solincité se rapproche de l’équilibre, sans pour autant l’atteindre. « Il nous faudrait gérer 250 logements pour être viable par nous-mêmes », déclare Aline Couturier. Le besoin existe pourtant bel et bien. 

Dimitri Laleuf

Agence Solincité

2 rue Albert-Camus

47300 Villeneuve-sur-Lot

05 53 41 21 10

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés