Pôle Emploi annonce une année faste dans le département


Des entreprises qui recrutent massivement

Pôle Emploi a mené une enquête « Besoins en main d’oeuvre » (BMO) pour déterminer l’attitude des entreprises au cours de l’année à venir. 160 000 entreprises ont été interrogées sur le territoire de Nouvelle-Aquitaine et plus d’un quart d’entre elles ont répondu. A l’échelon départemental, les résultats de cette étude laissent présager une « année inédite » selon Daniel Dartigolles, directeur territoriales Landes et Lot-et-Garonne. Les intentions d’embauche s’élèvent à 14 927, soit un bond de +8,5% par rapport à l’année dernière (1200 projets supplémentaires). Plus d’une société sur quatre annonce vouloir se renforcer en 2018, en majorité des structures de moins de dix salariés. Les secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire sont très représentés puisqu’ils concentrent 40% des projets et, dans une proportion similaire, les métiers de services. Les jobs qui seront les plus pourvus par les employeurs concerneront des postes d’ouvrier agricole, ouvrier non qualifié pour de l’emballage ou de la manutention, professionnel de l’animation, agent d’entretien et employé polyvalent de cuisine. Le BTP connaît aussi un retour en grâce vers ses standards d’avant-crise. Et quand le bâtiment va…

Contrairement aux intentions d’embauche régionales, le saisonnier est ici majoritaire (59,2%). « C’est toutefois moins marqué qu’en 2017, souligne Daniel Dartigolles. On préfère bien sûr des propositions plus pérennes mais ce type d’emploi a au moins l’avantage de ne pas être délocalisable. C’est de l’économie présentielle. » A noter que l’année passée, 13 800 intentions d’embauche avaient découlé sur 16 318 offres sur le site de Pôle Emploi, et ce malgré la crise de la grippe aviaire qui a pénalisé l’agriculture. « Environ 95% des demandes avaient été comblées, avec un taux de satisfaction de 72% de la part des entreprises, en hausse de cinq points par rapport à 2016 », détaille Daniel Dartigolles. Qui a dit qu’il n’y avait pas de travail en Lot-et-Garonne ?


Les nouveaux enjeux du marché de l’emploi

Malgré des chiffres très encourageants à l’image d’une baisse significative (-1,1%) du chômage local au dernier trimestre 2017, certaines données montrent que la conjoncture très favorable se convertira en succès uniquement si le marché de l’emploi est abordé différemment. En effet, il reste tout de même près de 30 000 demandeurs d’emploi dans le département soit un taux de 8,8%. Par ailleurs, près de la moitié (46,3%) des projets de recrutement sont jugés difficiles par les employeurs, parce les profils sont soit inadéquats soit trop peu nombreux du fait de la nature du poste (rémunération, pénibilité, mauvaise image). « Il va nous falloir changer de paradigme, indique Daniel Dartigolles, directeur territorial Pôle Emploi. Notre rôle sera désormais d’anticiper au mieux les besoins des entreprises, bien informer les demandeurs d’emploi sur les métiers qui recrutent, améliorer leur orientation et les former en multipliant les partenariats avec des organismes compétents comme les chambres consulaires. »La sélection par compétences plutôt que par diplômes quand cela est possible tend à se généraliser dans les agences Pôle Emploi, tout comme l’immersion dans les entreprises et la méthode de recrutement par simulation (MRS) déjà très appréciée des fast-food.

Le service public s’attaque également aux nouveaux critères prépondérants dans l’embauche, à savoir le comportement ou le « savoir-être professionnel » avec des ateliers prochainement mis en place. Enfin, les personnes en difficulté sont particulièrement ciblées avec la création de « l’accompagnement global » en juillet 2015 qui fait collaborer Pôle Emploi et les partenaires sociaux du Conseil départemental. Ce dispositif a permis à des binômes de suivre plus de 500 demandeurs d’emploi, croisant leurs expertises pour trouver les solutions les plus adaptées tout en tenant compte des freins périphériques (santé, logement, mobilité…). Les résultats locaux sont tout simplement exceptionnels puisque le retour à l’emploi atteint les 76%, soit le deuxième score au niveau national derrière le Lot.


L’agence Pôle Emploi de Villeneuve, modèle d’innovation

Déjà élue « plus belle agence de France », l’adresse villeneuvoise de Pôle Emploi ne s’est pas contentée d’une belle plastique  puisqu’elle a été choisie fin 2016 pour faire partie du programme « agence de demain ». C’est la seule de la région Nouvelle-Aquitaine et l’une des neuf du pays. « Cela nous a permis d’expérimenter de nouvelles méthodologies qui seront en vigueur dans les années à venir », explique le directeur Cédric Gardette. Au centre de ce projet, une véritable autonomie de l’agence et un travail plus collaboratif entre les agents. « On s’autorise des différences en fonction de besoins qui diffèrent selon les territoires », ajoute Cédric Gardette.

Tout un travail a été fait sur l’accueil en ouvrant l’espace, avec un mobilier loin des standards Pôle Emploi. Le lieu a gagné en confort et l’affichage dynamique permet de rendre l’attente moins passive et culpabilisante. Le café est également proposé. Les agents ne restent pas derrière un guichet mais vont vers le demandeur d’emploi dans une démarche de service. Un accent tout particulier est porté sur « l’inclusion numérique » avec l’utilisation plus répandue d’outils comme les tablettes tactiles dans les ateliers. Utile pour les démarches à la maison comme pour un futur emploi. « On apporte une plus-value à la visite physique et on génère de la confiance. C’est apprécié des usagers », se félicite Cédric Gardette.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés