Semisi Telefoni en veut plus


On ne sait pas encore s’il lui reste un ou deux matchs à jouer pour le SUA cette saison. Mais une chose est sûre, ce seront bien les derniers moments de Semisi Telefoni sous les couleurs bleues et blanches. Le polyvalent première ligne, capable de jouer des deux côtés de la mêlée et au talonnage, s’est engagé en faveur de l’US Carcassonne. Un clap de fin après six années de bons et loyaux services. Artisan du titre de champion de Pro D2 en 2010, l’international tongien de 32 ans a disputé plus de 50 matchs en Top 14 et une dizaine en Challenge européen pour Agen.

Besoin de changement
L’heure était au changement. « Dans la vie, on a parfois envie d’aller découvrir d’autres choses. Et Carcassonne représentait une belle opportunité pour ma famille », explique-t-il. C’est dans l’intimité du vestiaire qu’il a annoncé la nouvelle de son départ à ses camarades. Les yeux rouges ont envahi certains visages surpris pour beaucoup de voir le Tongien prendre la parole, lui l’habituel taiseux : « On a été surpris mais Semesi nous a beaucoup émus » reconnaît Benjamin Pètre.
Incapable de sortir du lot l’un de ses nombreux souvenirs avec les Bleus et Blancs, Semisi Telefoni retient surtout « l’incroyable force collective qui se dégage dès lors que l’on enfile le maillot agenais ». Pas très bavard sur le pré, Semisi a toujours préféré laisser parler son jeu. Exemplaire à tous les niveaux, le natif d’Auckland laissera un grand vide sur les bords de la Garonne.

Faire durer le plaisir
C’est donc avec un pincement au cœur et sur une défaite qu’il quitte Armandie et son public. L’aventure n’est toutefois pas encore terminée. Elle aurait pu lorsque Semisi Telefoni resta au sol à la 31e minute face à Pau lors de l’antépénultième journée. Mais une grosse entorse cervicale, qui en clouerait plus d’un, n’arrête pas un gaillard comme lui. Deux semaines plus tard à peine, il tenait déjà son rang pour affronter l’Usap.
Un retour salvateur à en juger la bonne tenue de la mêlée agenaise ce dimanche face à son vis à vis perpignanais. On pensait voir les Agenais souffrir dans ce secteur comme lors du match aller en septembre dernier. Il n’en fut rien, loin de là puisqu’Agen a mis à plusieurs reprises les Catalans sur le reculoir : « La copie a été propre, on est assez content du boulot ». Dimanche, Semesi sera forcément attendu. Mais le vieux briscard le jure, il en a encore sous la pédale : « Je veux vivre à fond ces derniers moments pour rendre au club ce qu’il m’a donné ».

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés