SUA LG – Massy //Samedi 20 décembre à 18h30 – Le SUA veut s’éviter une crise


Une place offerte à chaque abonné ou à tous membres d’une association agenaise pour la venue samedi de Massy : pas de doute, le SUA LG a décidé de jouer au père Noël avant l’heure. Après la flambée tarifaire du début de saison sur les abonnements, les dirigeants ont donc choisi d’actionner le levier inverse pour dynamiser leur entreprise commerciale. Et s’éviter de recevoir Massy dans un stade Armandie sonnant désespérément vide, puisque semaine après semaine ses travées ont de plus en plus de mal à se garnir.
Oui mais voilà, le supporter agenais est frustré. Et même cette main tendue (un peu tard ?) ne garantit pas de voir le stade plein comme un oeuf… Car depuis cette finale d’accession perdue à Bordeaux en juin dernier, rien ne va plus dans la maison bleue et blanche.
Dans les coulisses déjà, où le président Alain Tingaud, malgré un changement d’organigramme et le retour aux affaires inattendu de Jean-François Fontenaud, a dû acter le départ de Daniel Dubroca, le (presque) dernier des Mohicans. « Dubroc » boude, même si officiellement tout va bien, et refuse de s’exprimer… Côté finance, c’est le même son de cloche : le président l’a affirmé la semaine dernière dans les colonnes de nos confères de Sud-Ouest, tout va bien.
Pourtant le dernier exercice laisse apparaître un trou de 1,2 millions d’euros alors que sportivement le club avait réussi une belle saison. Obligé de participer largement à la dernière augmentation de capital, Alain Tingaud sait qu’il va devoir encore mettre très sérieusement la main à la poche pour pouvoir boucler l’exercice en cours. Un exercice où, pour l’heure, les recettes espérées sont loin du compte avec notamment une affluence très en-dessous de celle espérée. En se séparant de gros contrats en fin de saison dernière, dont Louis Ludik, Ross Skeate et Laurent Cabarry, le club et son président ont pu néanmoins économiser quelques précieux deniers tout en misant sur des jeunes recrues… Pas sûr que cela soit suffisant. D’autant que plusieurs dossiers chauds, dont deux très symboliques, attendent désormais Alain Tingaud : la prolongation du contrat de Philippe Sella, le vrai dernier Mohican, et la renégociation avec le partenaire principal du club depuis des années, l’entreprise Bigard (1,2 millions d’euros versés lors des deux dernières saisons). On sait notamment que son président, Jean-Paul Bigard, était très proche de Daniel Dubroca et Alain Garbino qui ont tous deux quitté le conseil d’administration en claquant la porte… Les discussions s’annoncent donc serrées.

Et sur le pré vert, c’est toujours compliqué…

Si au moins sur le terrain tout se passait pour le mieux… Hélas, le Sporting n’est jamais tombé aussi bas dans la hiérarchie du rugby français. Actuels dixièmes de la Pro D2, les Agenais vivent une première moitié de saison cauchemardesque. Défaits samedi dernier chez l’un des mauvais élèves du championnat (Carcassonne est désormais onzième, NDLR), les joueurs ont vu leurs deux principaux rivaux dans la course à la qualification, Biarritz et Perpignan, accrocher le trio de tête, les laissant à dix points du premier et à sept du deuxième. Un premier écart significatif qui inquiète forcément.
D’autant que les lacunes récurrentes de l’effectif ont été une fois de plus mises en exergue à Carcassonne. Inconstant en conquête, fébrile dans le dernier geste et la gestion du match, le XV agenais n’arrive pas à sortir la tête de l’eau. La venue de Massy, treizième et défait la semaine dernière à domicile par le promu Montauban, devrait néanmoins offrir un peu de répit à un groupe en souffrance. Et redonner le sourire à son président qui l’a perdu dans les vestiaires de Biarritz il y a trois semaines.

Cyril Recondo

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés