Travelling arrière sur la culture en 2014


ça s’est passé à Agen //

La Prairie fête ses 40 ans

Le plus vieux festival gratuit de France soufflait ses 40 bougies, le 6 septembre… Le festival de la Prairie, démarré en 1974 par la volonté de Roger Petit, anarchiste et amoureux du rock, a vu au fil des années passer sur sa scène l’ensemble des musiciens lot-et-garonnais adeptes des musiques amplifiées.
Depuis quelques temps, le fondateur a raccroché les gants pour passer le relais à une autre génération, incarnée par Léo Thérial. L’événement s’est toujours fait fort d’être auto-financé et de jouer à plein la gratuité et l’esprit de solidarité artistique. Une recette qui perdure avec un budget d’à peine 5 000 euros et  une subvention municipale de 400 euros. L’édition des 40 ans n’a pas dérogé aux règles de base, mêlant groupes de la région et autres aux affiches locales. Et comme depuis 40 ans, la Prairie a fait le plein…

Le 1er Strummer fest connaît le succès

Parti d’une initiative privée et associative, le Strummer Fest première édition a sans nul doute été la belle surprise de cette année et réchauffé les cœurs des rockers agenais et lot-et-garonnais en cette fin du mois de novembre. Aux commandes de l’Ovni, on trouve Quentin Tournié qui a donc réussi à réunir entre 300 et 700 personnes dans une même salle de concert, située chaque soir dans un quartier différent de la Ville…

ça s’est passé à Villeneuve-sur-Lot //

Bruno Rapin change de théâtre

C’est en février que Bruno Rapin officialisait sa nouvelle fonction de directeur du théâtre Georges-Leygues. Il a ainsi pris la suite de Serge Borras et laissé les travées agenaises du théâtre Ducourneau après plus de dix ans de bons et loyaux services.
L’homme, qui a réussi à ramener le public agenais sur les fauteuils rouges, est donc revenu sur ses terres natales, là où il avait éprouvé ses premiers émois théâtraux, adolescent.
Il laissait ainsi Ducourneau orphelin. A Agen, le recrutement a retenu une femme pour prendre les rênes du théâtre municipal. Karine Gunzburger est arrivée dans les murs début septembre. en provenance de Mulhouse et de la Filature. C’est son premier poste de direction… Et elle se retrouve avec la lourde tâche de mener une programmation pour l’année 2015-2016 avec en fond une remise en question de la politique culturelle agenaise via des assises.

Une exposition de haut vol

Le musée de Gajac a créé l’événement avec une exposition issue de la galerie parisienne Jeanne-Bucher fin juin. Parmi les artistes contemporains exposés, se glissaient en effet les signatures prestigieuses de De Staël, Dubuffet ou encore Bissière. Au total, une quarantaine de peintures et de sculptures était venue prendre place dans quatre salles de Gajac.
Cette exposition rendait hommage à la famille Jaëger, qui depuis de nombreuses années est en étroite collaboration avec les amis du musée de Gajac et Jacques Balmont pour amener, sur les rives du Lot, les plus grands artistes picturaux de l’art contemporain. Les Jaëger avaient accepté, pour la première fois, de confier au musée une partie de leur collection particulière.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés