Un Irish coffee et l’addition


«On ne va pas se cacher, on est frustrés de ne pas avoir gagné un seul match. » Comme tout sportif qui se respecte, Clément Darbo n’aime pas perdre. Même quand la compétition n’est pas un objectif prioritaire (à raison) du staff et de la direction. « Je sens que l’équipe veut à tout prix cette victoire et ce serait franchement mérité », poursuit le demi-de-mêlée. Une chose est sûre, les résultats n’ont pas été à la hauteur de l’envie déployée par les Bleu et Blanc à chaque sortie.
Avec cinq défaites au compteur dans cette Challenge Cup, le SUA LG n’a maintenant plus qu’une seule chance de quitter la scène continentale avec les honneurs. Une dernière cartouche dans le barillet qui peut avoir plus de conséquences qu’on ne le croit. Sur le plan collectif, cette dernière opposition contre les London Irish n’apportera rien de nouveau. La « transversalité » souhaitée par le club a bien fonctionné, le groupe européen a affiché des qualités similaires au groupe Top 14, et a reproduit le même genre d’erreurs.

Rester sur une bonne impression
C’est surtout au niveau individuel que cette dernière impression aura de l’importance. Les occasions de jouer des matchs de haut niveau sont rares. Pour certains, ce sera même la dernière de la saison. Quant à ceux qui foulent déjà les pelouses en championnat, ils ne cracheraient pas sur plus de minutes.
A commencer par Clément Darbo : « Ça me fout un peu les glandes (sic) de jouer si peu, mais je suis un soldat et je respecte les décisions des coachs ». A 30 ans, il ne représente pas l’avenir que le Sporting souhaite promouvoir. Ce qui n’est pas le cas de Julien Hériteau, Pierre Fouyssac ou Paul Abadie qui auront peut-être plus de chance. Les deux premiers cités, rapidement mis dans le bain en début d’exercice avant de sortir un peu des radars pour diverses raisons, ont profité de cette campagne en Challenge Cup pour se rappeler au bon souvenir du trio Blin-Crenca-Prosper. Le troisième espère de son côté se faire une place au chaud parmi les cadres de l’équipe.

« Plus doués que la moyenne »
Mais il y a d’autres potentiels gagnants de cet interlude en Coupe d’Europe. Le pilier Nicolas Chocou en fait partie, comme le seconde ligne Corentin Braendlin. « Ils ont beaucoup progressé à notre contact à l’entraînement et durant ces matchs de Challenge. Ils font partie de ces joueurs un peu plus doués que la moyenne », note Clément Darbo. Une grosse prestation demain soir pourrait s’accompagner d’opportunités pour tous ces espoirs du club. Toutefois, pour marquer les esprits définitivement, il faudra convertir la motivation en succès contre des Anglo-Irlandais (on ne sait jamais trop avec eux) qui peuvent encore espérer un miracle pour se qualifier. Ce n’est qu’après le café qu’on peut demander l’addition.

Dimitri Laleuf

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Tags:

Laisser un commentaire

Pas de Commentaires

Les commentaires sont fermés